Le résumé Act’in Actu #15

Le résumé Act’in Actu #15

Clap de fin pour les tickets de caisse en version papier !

De nouvelles mesures ont été décidé en raison du gaspillage papier dans les grandes surfaces restez avec nous on vous dit tout.

Actuellement il est déjà interdit d’imprimer des tickets de caisse pour des sommes inférieurs à moins de 20 euros. Quand vous faites vos courses, arrivé à la caisse au moment de régler vos achats l’hôte de caisse vous a sûrement demandé plus d’une fois « vous voulez le ticket de caisse ? » qui fini par finir à la poubelle que vous le preniez ou non…

Carrefour et Système U ont annoncé arrêter l’impression automatique des tickets de caisse afin de réduire le gaspillage papier. En effet, il suffira de préciser à la caisse qu’on ne souhaite pas de ticket ni de reçu bancaire, ces documents seront alors possibles d’être récupérer par mail. Ces documents peuvent également être retrouvés si vous posséder un compte client dans la structure.

Ces deux enseignes anticipent la prochaine loi prévue initialement d’ici 2023 où l’interdiction des tickets de caisse sera systématique sauf demande contraire du client. Une bonne nouvelle pour notre environnement car vous saviez que ces petits bouts de papier représentent 30 milliards d’impressions par an ce qui signifie l’abattage de 2,5 millions d’arbres ainsi que 950 litres d’eau de gaspillés.

Une petite étude a été réalisé par Carrefour et Système U. En effet, Carrefour affirme que 1000 tickets non imprimés représentent déjà 200 mètres de papiers économisés. Système U eux, ont interrogé leurs clients et il s’est avéré que 40% de la clientèle ne veulent pas de ticket de caisse. Les magasins utilisent à peu près 1,2 millions de bobines de papier utilisées par ses magasins et donc stopper totalement ces impressions cela engendrait une économie de 44.077 kilomètres de papier tous les ans ce qui représente presque le tour de la Terre vous imaginez ?

Le ticket de caisse n’est pas recyclable à cause de sa taille et de son poids c’est pour cela que les seules options pour limiter les dégâts est donc du ticket de caisse électronique, le ticket de caisse en papier recyclé, et l’impression du ticket de caisse à la demande. Un choix plutôt judicieux quand d’après un sondage on réalise que seulement 9% sur 831 clients gardent leur ticket de caisse…

Si vous êtes intéressés par l’écologie découvrez ci-dessous un lien détaillé de l’impact de ces petits papiers notamment qu’une réflexion peut être ainsi faite également sur les billets de bus, métro, tram.

Après l’écologie on bifurque sur la santé avec la vente des Autotests pour se dépister

La nouveauté de ces dernières semaines a été l’arrivée des autotests que l’on peut trouver en pharmacie afin de se dépister soi-même contre la Covid-19.

Ces autotests sont attendus dans la grande distribution mais la Direction Nationale de la Santé ainsi que les pharmaciens ne sont pas favorables à la commercialisation de ces autotests en supermarché.

Pourtant, en Allemagne ainsi que d’en d’autres pays étranger il est désormais possible d’acheter un autotest en supermarché.

En effet, les avis sont mitigés concernant la vente de ces tests, n’est-il pas mieux d’être accompagné par un professionnel de santé pour éviter les faux négatifs par suite d’un mauvais usage.

Carrefour (encore une fois !) est pressé et souhaite pouvoir commercialiser ces tests avant les autres, l’enseigne avait déjà commandé un million de kit d’autotests fin mars et c’était donc déjà préparé à leur commercialisation. D’après le Président du Système U, seul une décision politique de Matignon où de l’Elysée pourrait lever cette interdiction instaurée par la Direction Nationale de la Santé.

Nous pouvons être amenés à nous demander à quel prix pourront être vendu ces autotests en grande surface ?

Contrairement à Carrefour, le Système U n’a pas encore passé de commande mais ils sont tout aussi prêt en relation avec les fournisseurs. En ce qui concerne les tarifs de ces autotests à l’étranger il est possible de trouver un autotest affiché au prix de 5 euros et un pack de 5 autotests entre 20 et 25 euros. En tout cas, toujours d’après le dirigeant système U ils seront vendus à prix coûtant car se sont des produits d’appels et de premières nécessités.

Il va donc encore falloir patienter avant de trouver des autotests en supermarché, et vous, vous êtes plutôt pour ou contre ?